Finalement une convocation ! Petite exclamation d’un camerounais qui suit cette affaire depuis 2016. Ce 30 septembre 2019, Mme Leufang Celestina Nkeng, est entendue au bureau du procureur Blaise Wo’o Minko. C’est le juge d’instruction au Tribunal Criminel Spécial (TCS), en charge de l’enquête judiciaire.

Ceci dans le cadre de l’affaire liée au détournement de deniers publique à travers les fonctionnaires fictifs. L’information est du journal Kalara, en kiosque ce 30 septembre. Mme Leufang est sous le coup d’un mandat d’arrêt depuis 2016. Le journal indique que sa convocation lui est servie 24 septembre 2019.

Amougou Belinga

Juste 24 heures après la publication par ce journal d’un dossier contenant des révélations explosives. Dans ce dossier, Kalara renseigne que Mme Leufang Celestina, suspect numéro 1 dans cette affaire, n’a jamais été inquiété, malgré l’existence d’un mandat d’arrêt à son encontre depuis 2016.

Le journal poursuit par la même occasion que la concernée se trouve être la sœur Mme Limunga Sarah Itambi, avocate près de la Cour Suprême, et épouse de M. Amougou Belinga. L’imagerie populaire dit que celui-ci est proche du dernier cercle du ministre de la Justice, Laurent Esso.

7 milliards

«Ceci explique-t-il cela?», s’interroge alors Kalara. Il faut rappeler qu’il s’agit d’une affaire qui a entraîné le détournement de 7 milliards de FCFA des caisses publiques, à travers des matricules fictifs. Selon le constat fait, plusieurs personnes ayant bénéficié d’une avance sur solde ne remboursaient finalement pas l’argent à l’Etat.

En fait, ces personnes bénéficiaient des complicités internes au ministère des Finances. Permettant ainsi de désactiver la retenue automatique à la source. Chef de la cellule informatique à l’époque des faits, Emmanuel Leubou , au terme de ses propres investigations, constate que le problème vient de Mme Leufang Celestina Nkeng.

Leubou

Par deux reprises, M. Leubou supprime la clé d’accès de cette dernière au réseau informatique. Mais à chaque fois, sa hiérarchie lui demande de la rétablir. Curieusement, c’est lui qui est interpellé le 2 mai 2018. Il est invité à se présenter devant les enquêteurs du TCS. Ceci pour confrontation avec Mme Leufang. Cette dernière ne se présente pas au rendez-vous.

Leubou lui, est écroué à la prison centrale de Yaoundé quelques jours après, en compagnie d’autres personnes. Avec la convocation au TCS du principal suspect de cette affaire, c’est un nouveau rebondissement qui intervient à cinq semaines seulement de l’expiration du délai maximum (18 mois), de la détention provisoire servie à M. Leubou et à d’autres suspects.

Source: camerounweb.com

source:https://news1.cameroonmagazine.com/affaire-leubou-voici-pourquoi-la-belle-soeur-damougou-belinga-convoquee-au-tcs/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here