L’ambiance est très tendue au Parlement panafricain. La session en cours à Midrand en Afrique du Sud connaît de nombreux incidents. L’envoyée spéciale de la CRTV a raconté les événements dans un reportage diffusé au journal télévisé de 20h30 le 13 mai 2019. Tout a commencé au début de la semaine passée par une grève « illégale » lancée par le secrétaire général du Parlement africain par intérim soutenu par certains membres de l’association des membres du personnel.

A la suite de ce mouvement d’humeur une commission ad hoc va être créée pour examiner les problèmes posés par le personnel. Les grévistes dénoncent la maltraitance et des problèmes de mœurs contre le président Des 15 griefs que le personnel en colère a formulés seuls 6 ont été retenus. Un premier compte-rendu fait l’objet d’une plénière à huis clos jeudi après-midi. L’on décide de la mise en place d’une commission d’enquête interne.

Le vendredi 10 mai après une accalmie les parlementaires notamment ceux d’Afrique australe et de l’Est s’oppose à la reprise des travaux tel qu’arrêtés dans l’ordre du jour. Les travaux son suspendus et une commission ad hoc mise sur pied. Entre temps Roger Nkodo Dang saisit la justice pour les « allégations » de harcèlement sexuel portées contre lui.

Des parlementaires qui le soutiennent parlent d’une tentative de coup de force visant à l’écarter de manière non démocratique. Ils en veulent pour preuves les visites nocturnes de ces contestataires dans leurs hôtels, l’instrumentalisation d’une partie du personnel et le blocage des travaux du Parlement.

La CRTV, citant ses sources, croit savoir que le secrétaire général par intérim du Parlement panafricain s’est vu imputer le grave scandale financier que connaît l’institution, en tant que seul ordonnateur et gestionnaire de l’administration du parlement panafricain.

Ce serait, selon le média public camerounais, une tentative de détourner l’attention des députés de la crise administrative financière qui mine le Parlement Africain. L’on apprend qu’en fin de compte, une Commission ad hoc a été mise sur pied pour régler les problèmes posés. Elle est constituée, apprend-on, de deux membres de chacune des cinq régions de l’Afrique et des représentants de la commission des règlements.

Source: cameroon-info.net

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here