Katherine Jenkins se produira dans un Royal Albert Hall vide demain soir alors qu’elle donnera un concert à huis clos pour la première fois en 150 ans d’histoire.

La chanteuse classique de 39 ans va remonter le moral de millions de personnes piégées à l’intérieur de la Grande-Bretagne avec une performance de 30 minutes marquant le 75e anniversaire du VE Day le vendredi 8 mai à 18 heures.

Rassemblant d’innombrables nations touchées par la pandémie de coronavirus en cours, Katherine chantera des classiques en temps de guerre de Dame Vera Lynn, dont Nous nous reverrons et Les falaises blanches de Douvres.

La nouvelle de la prochaine performance de Katherine intervient dans le cadre des préparatifs de l’anniversaire de la Journée de la Victoire en Europe demain, avec des fanions et des drapeaux Union Jack ornant les ménages à travers le pays.

“A Londres, le jour de la victoire en 1945, plus d’un million de personnes ont célébré la victoire en Europe et la fin de près de six ans de guerre”, a proclamé la chanteuse galloise Katherine.

«Des foules se sont rassemblées en masse à Trafalgar Square et dans le centre commercial de Buckingham Palace.

“Bien que nous ne puissions pas célébrer cette année comme nous l’avons fait une fois, il est juste de ne pas laisser le 75e anniversaire de cette journée historique être éclipsé.”

«Ayant fait partie des 60e et 70e événements, je voulais faire quelque chose pour aider à rassembler la nation et le monde en commémoration et célébration en cette période difficile.

“ Je suis ravi que nous puissions encore nous réunir, quoique virtuellement, pour un hommage aux chansons de guerre et aux souvenirs musicaux de la salle de concert la plus emblématique de Londres.

«Le Royal Albert Hall sera vu comme jamais auparavant – vide, isolé et pourtant à couper le souffle!»

Katherine Jenkins jouera dans un Royal Albert Hall vide alors qu’elle interprète pour la première fois un concert à huis clos

Rassemblant d’innombrables nations touchées par la pandémie de coronavirus en cours, Katherine interprétera des chansons classiques de guerre de Dame Vera Lynn (photo), dont We Meet Meet Again et The White Cliffs of Dover

Les enfants et le personnel de l’école primaire Breadsall à Derby lors d’un déjeuner de la journée VE pour marquer le 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe

Les résidents de Portsmouth décorent leur maison avec des banderoles et des drapeaux Union Jack (photo, Katie Warton avec sa fille Evie en préparation du jour de la victoire demain)

Des milliers de personnes à travers le pays devraient participer aux célébrations du jour de la victoire qui marque le moment où la Seconde Guerre mondiale s’est terminée en Europe le 8 mai 1945.

Et bien que cette année, le verrouillage du coronavirus ait entraîné l’annulation de centaines de célébrations prévues pour le 75e anniversaire, d’autres se sont adaptées et vont de l’avant.

De la même manière que des millions de Britanniques ont utilisé la technologie pour satisfaire leurs démangeaisons dans les pubs, voir les membres de leur famille et même se marier, le VE Day 2020 se déroule à la maison et en ligne.

Des organisations à travers le Royaume-Uni marqueront l’occasion en participant au Toast de la Nation, en cuisinant avec des livres de rationnement ou même en planifiant une fête # VEDay75stayathome.

À 11 h 15, la Légion royale britannique invite la nation à préparer une tasse de thé et à écouter son livestream VE Day 75 via la page Facebook ou le site Web de la Légion (britishlegion.org.uk).

À 14 h 45, la BBC1 diffusera le célèbre discours de victoire de Sir Winston Churchill. Puis, à 14 h 55, alors que la couverture de la BBC se poursuit, les clairons, trompettistes et joueurs de cornets du pays interpréteront le dernier message depuis leurs jardins.

Molly Meeking, sept ans, brandit fièrement un drapeau Union Jack contre le bruant et les drapeaux devant sa maison de Portsmouth en préparation de la journée de la veille de demain

Bien que cette année, la fermeture du coronavirus ait entraîné l’annulation de centaines de célébrations prévues pour le 75e anniversaire, d’autres se sont adaptées et vont de l’avant (photo, résidents de Portsmouth)

Pageantmaster de VE Jour 75 Bruno Peek et son chien Wilson, alors qu’il décore sa maison à Gorleston-on-Sea, Norfolk, avec des drapeaux et des banderoles pour marquer le 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe

Bruno Peek a orné sa maison de Gorleston-on-Sea, Norfolk, de drapeaux et de banderoles pour marquer le 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe

Un guide définitif sur la façon dont vous pouvez profiter des célébrations à la télévision le vendredi

Un silence national de deux minutes pour marquer le 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe, rendant hommage aux héros passés et présents.

Hommage à la génération de la guerre, y compris l’adresse radio de Churchill de Downing Street à 15 heures le 8 mai 1945, annonçant la fin des hostilités. Les célébrités liront des témoignages personnels des célébrations de la journée, il y aura de la musique de fanfares militaires et le prince Charles lira un extrait du journal intime de son grand-père George VI pour le 8 mai.

Animée par Sophie Raworth, une soirée de divertissement avec certains des meilleurs talents musicaux britanniques interprétant des chansons des années 1930 et 1940, telles que Bluebirds Over The White Cliffs Of Dover et When The Lights Go On Again. Les artistes incluent Katherine Jenkins, Adrian Lester, Anton Du Beke, Shane Richie et Helen George. Entretiens avec ceux qui se souviennent de la journée.

Au moment exact de la journée où son père, George VI, a parlé à la nation en 1945, Sa Majesté fait sa propre adresse. Suivi par le pays entier se joignant à une seule chanson de We Meet Again, dirigée par Dame Vera Lynn, 103 ans, depuis une fenêtre de sa maison à Sussex.

Sir David Attenborough, Patrick Stewart et June Whitfield, entre autres, partagent des souvenirs de la fin du conflit.

Un documentaire sur l’ancien officier de l’armée, le capitaine Tom Moore, âgé de 100 ans, vient de devenir colonel honoraire après avoir collecté plus de 32 millions de livres sterling pour le NHS en faisant des tours de son jardin. Présente le temps de Tom servant en Inde et en Birmanie.

Remake du film de 2016 de la série classique, avec Toby Jones, Bill Nighy et Catherine Zeta-Jones.

Présenté par Tony Robinson. La journée a raconté minute par minute, des premiers pas provisoires des soldats des camps de PoW aux princesses Elizabeth et Margaret qui se sont échappées du palais de Buckingham pour se mêler au public.

Souvenirs de la journée de militaires tels que les PoW qui aspiraient à leur premier bain chaud depuis des années.

Concert de musique et de paroles présenté par Sir Nicholas Soames, qui récitera des citations et des discours célèbres de son grand-père, Winston Churchill.

Série en dix parties présentée par l’actrice Tuppence Middleton sur le combattant – qui a joué un rôle emblématique dans la bataille d’Angleterre – et ses pilotes.

Sophie Raworth raconte une série comparant l’esprit Blitz à la façon dont nous affrontons maintenant Covid-19.

Série en quatre parties sur les histoires inspirantes d’hommes et de femmes qui ont combattu ou vécu la Seconde Guerre mondiale.

Après que le récent duo de la chanteuse en temps de guerre Nous nous reverrons avec Katherine Jenkins pour amasser des fonds pour le NHS soit devenu numéro 1 dans le classement iTunes, ce film raconte sa vie remarquable avec l’aide de sa fille, Virginia.

Série comprenant des récits d’archives de première main sur la mort d’Hitler, l’occupation soviétique de Berlin et comment l’Allemagne a depuis commémoré le jour de la victoire.

Malgré l’annulation de la plupart des événements publics, les anciens combattants et d’autres organisent leurs propres célébrations.

Quiconque souhaite marquer l’anniversaire est invité à prendre un thé chez lui et à porter un toast à 15 heures vendredi: «À ceux qui ont tant donné, nous vous remercions. Cela sera précédé par des clairons à travers la Grande-Bretagne jouant The Last Post et Reveille à 14h55.

Il y a un site officiel – à ve-vjday75.gov.uk – offrant une “ boîte à outils ” de modèles de banderoles, d’affiches à colorier, une liste de lecture de fête et des suggestions de menus.

Le site Web English Heritage propose également une liste de lecture et des conseils pour danser dans le style Lindy Hop.

Vendredi, des membres de la famille royale et des ministres du gouvernement participeront à des appels vidéo avec des anciens combattants, avant que la reine ne s’adresse à la nation à 21 heures, suivi du concert Nous nous reverrons.

Le site Web ancestry.co.uk rend tous les documents historiques gratuits pour le public du lundi au dimanche, donnant aux gens la possibilité de découvrir ce que leurs ancêtres ont fait pendant la guerre.

Les familles sont invitées à partager leurs histoires de guerre sur les réseaux sociaux avec le hashtag # VEDay75.

À 15 heures, il est temps de lever un verre alors que Dame Joan Collins, dont la maison d’enfance a été détruite dans le Blitz alors qu’elle dormait dans une station de métro, mène le Nation’s Toast depuis le balcon de son appartement à Londres.

Le toast, qui doit être diffusé sur les chaînes d’information, est au nom des femmes de la nation, reconnaissant les nombreux rôles qu’elles ont joué pendant la guerre. Le public est encouragé à se joindre aux mots: “À ceux qui ont tant donné, nous vous remercions.”

Une soirée de visionnement sur le thème du jour de la veille sur la BBC mènera à une allocution de la reine à 21 heures, l’heure exacte à laquelle son père a parlé à la nation il y a 75 ans.

Ensuite, Dame Vera Lynn dirigera ce qui promet d’être une interprétation nationale très bruyante de Nous nous reverrons. Un peu comme l’hebdomadaire Clap for Carers, l’espoir est que le public britannique chante à leur porte.

Acteurs, directeurs musicaux et chorégraphes se sont réunis pour exécuter un hommage incroyable à la Journée de la VE, socialement éloigné de leurs portes.

Les 13 hommes et femmes ont rendu hommage à la fin de la Seconde Guerre mondiale avec la performance, qui comprenait une interprétation de l’emblématique We Meet Meet Again de Dame Vera Lynn, à l’extérieur de leurs maisons à Chester, Cheshire.

Le compositeur et directeur musical Matt Baker, 49 ans, peut être vu dans la vidéo jouant de l’accordéon tandis que ses camarades voisins se mettent à chanter derrière lui dans des scènes rappelant une comédie musicale à la mise en scène fluide.

Matt, qui vit dans la rue depuis 23 ans, a fait la suggestion à ses concitoyens lors d’un applaudissement pour les soignants et les fanatiques du théâtre, qui par coïncidence ont tous déménagé sur la même route, étaient désireux de s’impliquer – filmer le tout en un seul prendre avec un téléphone portable.

Matt a déclaré: “ Nous avions généralement une fête de rue un jour comme le jour de la victoire, et des centaines de personnes y assistaient.

«J’avais également été chargé de faire quelque chose pour le jour de la victoire pour les commémorations de la ville de toute façon, mais à cause du verrouillage, tout cela a été annulé.

«J’ai réalisé dans ma propre rue qu’il y avait non seulement un très bon esprit communautaire, mais aussi quelques artistes.

«Et heureusement, il y avait aussi un autre metteur en scène sur la route, ainsi que des chanteurs et un chorégraphe. Ce n’est en fait pas une surprise tant d’artistes vivent dans une rue en terrasse non loin d’une scène culturelle florissante dans la ville de Chester.

“ Même les gens qui n’étaient pas des acteurs étaient vraiment excités par cela – les gens étaient vraiment excités d’apprendre quelque chose de leurs portes d’entrée et de leurs portes.

«Nous voulions vraiment faire quelque chose qui reconnaissait la génération précédente, qui se serait réunie dans une période d’adversité comme celle de la Seconde Guerre mondiale.

«Nous voulions envoyer un message pour montrer que l’esprit communautaire est vraiment possible en ces temps difficiles.

«Nous avons tous dû répéter à une distance réelle afin de ne pas enfreindre les règles de distanciation sociale, et nous avons réussi à le filmer en une seule prise.»

La chorégraphe et acteur Lucy Thatcher, 39 ans, a chanté It’s a Lovely Day Tomorrow depuis sa fenêtre avec son bébé de deux mois, Beatrix, dans ses bras tandis que la voisine et directrice de théâtre, John Young, 29 ans, a filmé toute la performance sur son téléphone portable.

Matt a envoyé des numéros de musique via WhatsApp afin que le groupe puisse répéter individuellement et ils ont pratiqué pendant cinq soirées au total avant de filmer la performance à l’apparence professionnelle samedi dernier.

Les résidents ont réussi à garder plus que la distance recommandée de deux mètres entre eux en délimitant la rue à la craie avant de commencer.

L’ami de Matt, qui fabrique des costumes, a même déposé des tenues authentiques de la période des années 40 sur le pas de sa porte, mais il a dit que la partie la plus difficile était de les habiller sans aide.

La rue, Cambrian Road, a toujours été une communauté créative, accueillant de petits festivals et événements, et il y a aussi plusieurs compagnies de théâtre à Chester.

“ Nous avions les costumes, mais les gens ne savaient pas comment attacher une cravate des années 40 et si quelqu’un d’autre dans la rue le faisait, ils ne pourraient pas aider parce que nous n’étions pas autorisés à proximité les uns des autres – c’était donc un défi, mais cela a ajouté un peu d’humour.

«Nous sommes une communauté proche, nous avons de bonnes relations avec les écoles et les églises locales, nous organisons des garden-parties, des concerts de musique, du théâtre local et même des tournois de football.

L’anniversaire de la Journée VE rappelle des souvenirs de fêtes, de feux de joie et de sonneries de cloches pour ceux qui fêtaient chez eux il y a 75 ans.

Gillian Holding, 83 ans, de Sheffield, avait huit ans lorsque la victoire en Europe a été annoncée en 1945.

Bien qu’elle soit très jeune, elle se souvient avoir grandi au son d’avions volant au-dessus de lui et de bombes tombant et portant des masques à gaz à destination et en provenance de l’école.

En 1945, les Britanniques chez eux savaient que les Allemands approchaient de la défaite avec la reddition finale agissant comme le «point culminant» des attentes, a déclaré Mme Holding.

“ Des drapeaux Union Jack ont ​​été placés par les fenêtres des chambres et il y avait beaucoup de consternation, je me souviens que certaines personnes n’ont pas placé leur drapeau directement sur le poteau ”, a-t-elle déclaré.

«Je pouvais les entendre ce soir-là quand j’étais au lit, chantant et dansant sur la route principale où nous vivions. Des gens très heureux.

«Mon père, dès qu’il a su que la guerre était finie, est parti en train pour Londres pour célébrer.

«Quand j’ai vu des photos de la foule devant le palais de Buckingham et la joie là-bas, je pouvais peut-être comprendre pourquoi il voulait y aller.

Une fête a été organisée sur le green en face de la maison de son grand-père, avec une gamme de sandwichs, de pêches en conserve et de gâteaux.

Mme Holding a ajouté: “ Ce dont je me souviens – c’est que je suis misérable à huit ans – quelqu’un avait fourni de la gelée et ils l’ont donnée aux tout-petits, et j’ai pensé que si seulement j’avais pu avoir de la gelée. ”

Pour une jeune fille, il était difficile de comprendre ce que signifiait la fin de la guerre.

Mme Holding a déclaré: «Je me souviens avoir demandé à mes parents ce qui se passerait sur l’actualité maintenant qu’il n’y avait pas de guerre.

«Aujourd’hui, les enfants pensent peut-être à ce qui se passera sur l’actualité lorsque le coronavirus aura disparu, car la guerre était tout ce qui était à la une.»

Un peu plus d’un an après la guerre, elle se souvient avoir reçu une lettre spéciale du roi George VI envoyée pour remercier tous les enfants d’avoir enduré la guerre.

George Bradford, 89 ans, a été évacué de Londres au domicile de ses grands-parents à Lincoln pendant la guerre et avait 14 ans lorsque le jour de la victoire est arrivé.

Il se souvient de la chute du silence pendant que les gens écoutaient Winston Churchill annoncer la fin de la guerre à la radio.

«Ensuite, tout le monde a commencé à discuter,« je me demande quand mon mari sera à la maison »ou« je me demande quand mon fils Tommy, Jimmy, quand il sera à la maison »,« quand tout sera fini ».

«Toutes les églises tout le long de Lincoln High Street, en remontant jusqu’à la cathédrale, tout ce que vous pouviez entendre était des cloches.»

Un «feu de joie massif» a eu lieu sur Lincoln Common, se souvient M. Bradford, avec des «mini-fêtes de rue» le lendemain.

Il a rejoint plus tard les Royal Marines en 1948 et a continué à servir pendant 27 ans.

Angharad, dix ans, aide à décorer sa maison Union Jack dans l’ouest de Londres avec des banderoles avant le 75e anniversaire de la journée VE

Pageantmaster de VE Day 75 Bruno Peek et son chien Wilson se préparent à célébrer la journée VE à Gorleston-on-Sea, Norfolk

Wilson le chien n’a pas échappé aux décorations du jour de la Victoire et se tient orné de banderoles Union Jack avant le jour de la Victoire de demain

Ellie Ingham, six ans, passe une guirlande de fanions à son frère Donovan Ingham, deux ans, à Northampton, au Royaume-Uni, alors que les préparatifs de la journée VE commencent.

Penny Meeking décore sa maison de Portsmouth en banderoles et drapeaux Union Jack avec ses enfants Molly, sept ans, et Daisy, dix ans, en préparation du jour de la victoire de demain

Avec la pandémie de coronavirus perturbant toutes les célébrations publiques planifiées à travers le pays, les conseils locaux ont exhorté les résidents à célébrer le jour de la VE dans le confort de leur propre maison (photo, un résident se prépare à célébrer à Portsmouth)

Les enfants et le personnel de l’école primaire Breadsall à Derby lors d’un déjeuner de la journée VE pour marquer le 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe

Vendredi, les navires de guerre de la Royal Navy dans le monde sonneront leurs sirènes et perceront l’obscurité avec des projecteurs pour marquer le jour de la victoire.

De Bahreïn aux Caraïbes en passant par les Malouines et les falaises blanches de Douvres, les hommes et les femmes du service naval se joindront à leurs compatriotes pour se remémorer les sacrifices consentis entre 1939 et 1945.

La Royal Navy a perdu plus de 250 navires de guerre en battant l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste, et plus de 40 000 marins et Royal Marines ont été tués dans l’Atlantique, l’Arctique et la Méditerranée.

Alors que la pandémie a forcé l’annulation d’un grand nombre de commémorations, la Royal Navy refuse de laisser cette occasion sans marque.

Parmi ceux qui s’arrêteront pour réfléchir, il y aura l’adjudant de 2e classe Jules Cook, chef de bande de la Musique du Royal Marines CTCRM de Sa Majesté, basé à Lympstone dans le Devon.

“Mon grand-père, Eric Cook, est malheureusement décédé l’année dernière à l’âge de 99 ans”, a-t-il déclaré.

«Il a servi en Afrique comme tueur d’armes à feu dans l’Artillerie royale et si je pouvais lui parler maintenant, je lui dirais:« Je suis toujours très fier de toi, grand-père. Tu me manques beaucoup et j’ai hâte de te raconter d’autres histoires un jour ”.

Alec Borrie, 95 ans, de Londres, était dans un camp de transit à Chesterfield lorsque le jour de la victoire a été annoncé.

Il était sur le chemin du retour dans le SAS après avoir été explosé par une mine.

«Nous avons passé une bonne soirée, je suis rentré au camp vers une heure et j’ai été accusé de retard.»

Il a dit qu’il avait passé un certain temps dans le pub à essayer d’engager une conversation avec un autre homme jusqu’à ce qu’il se rende compte qu’il se regardait réellement dans un grand miroir.

«Ça a l’air idiot, mais c’était une drôle de chose de la nuit. Nous en avions déjà eu trop alors », a-t-il plaisanté.

M. Borrie, qui était le plus jeune membre du 1er SAS, en poste depuis deux ans, a encouragé les gens à se souvenir «de ceux qui ont offert leur vie et de ceux qui ont donné leur vie» en ce jour de la VE.

Lorsqu’on lui a demandé comment il marquerait l’occasion, il a plaisanté: “Je ne serai pas ivre, c’est sûr.”

Les vétérans de la Seconde Guerre mondiale ont décrit leur «grand soulagement» lorsque la victoire est arrivée en Europe il y a 75 ans, avec des célébrations comprenant des gens dansant dans la rue et grimpant sur des lampadaires.

À 15 heures ce jour-là, le Premier ministre Winston Churchill a annoncé à la radio que la guerre en Europe était terminée, après la capitulation de l’Allemagne la veille.

Dougie Shelley, 94 ans, qui a rejoint la Royal Navy à l’âge de 17 ans, a servi comme matelot-mitrailleur dans les convois de l’Arctique avant d’être affecté dans le Pacifique et en Australie.

Un homme mettant le drapeau de l’union bruant sur son balcon pour la journée du VE à la station balnéaire de Weymouth dans le Dorset par une chaude journée ensoleillée pendant le verrouillage de la pandémie de coronavirus

Une route d’acteurs, de directeurs musicaux et de chorégraphes se sont réunis pour exécuter un hommage socialement distancié à VE Day depuis leurs portes. Les 13 hommes et femmes ont rendu hommage à la fin de la Seconde Guerre mondiale avec l’incroyable performance, qui comprenait une interprétation de l’emblématique Dame Vera Lynns Well Meet Again, devant leurs maisons à Chester, Cheshire

Un drapeau de l’Union géant sur la plage sous le château de Bamburgh, Northumberland, sur la côte nord-est de l’Angleterre, dessiné par le directeur de l’entretien du château Andrew Heeley, qui a pris plus de 18 000 étapes pour achever sa création avant les commémorations marquant le 75e anniversaire du jour de la victoire.

Une assiette de cupcakes drapeau de l’Union à l’école primaire Breadsall à Derby lors d’un déjeuner de la journée VE pour marquer le 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe

Le personnel de l’école primaire de Barnton travaille sur une peinture pour commémorer le 75e anniversaire du jour de la victoire

Le produit fini après que le personnel de l’école primaire de Barnton a travaillé sur une peinture pour commémorer le 75e anniversaire de la journée VE

Des témoignages de première main d’une infirmière de l’armée qui a servi en Égypte, d’un aviateur jamaïcain et d’un homme juif qui a passé six semaines dans un camp de concentration sont libérés pour aider à célébrer le jour de la victoire.

Ils font partie du projet Voices Of War de l’Imperial War Museum (IWM), qui sera mis en ligne vendredi.

Le musée vise à marquer le 75e anniversaire de cette journée mémorable en faisant entrer des voix du passé dans les maisons des gens à travers le pays.

Les ménages sont invités à prendre un moment le jour de la victoire pour jouer la pièce de quatre minutes Voices Of War pour entendre parler du 8 mai 1945 sous des angles inattendus.

Il rassemble des récits de première main de VE Day des archives sonores d’IWM, allant d’une infirmière de l’armée qui servait en Égypte à l’époque et d’un aviateur jamaïcain qui a émigré au Royaume-Uni à bord de l’Empire Windrush en 1948, à un Juif de Berlin qui a passé six semaines dans le camp de concentration de Sachsenhausen et le premier ministre Winston Churchill.

Diane Lees, directrice générale d’IWM, a déclaré: “ À l’origine, nous avions prévu de marquer le 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale dans les espaces publics du Royaume-Uni.

“Cependant, la nécessité de commémorer cet anniversaire national et de se souvenir des sacrifices consentis en notre nom par les générations passées est plus pressante que jamais.”

Mme Lees a déclaré que Voices Of War apporterait les histoires et les souvenirs de ceux qui ont vécu le conflit directement dans les foyers du Royaume-Uni.

Elle a poursuivi: “ Nous voulons que le public réfléchisse à cette étape historique importante comme beaucoup d’autres l’ont fait il y a 75 ans – dans l’intimité de leurs propres cuisines, salons, chambres et jardins – et participe à cet important moment national avec IWM et avec le reste du pays.

Il était à bord d’un navire à Hong Kong lorsque la nouvelle de la reddition de l’Allemagne est parvenue et a déclaré que “cela n’aurait pas pu être mieux”.

«La guerre a tué tellement de gens que c’est incroyable. Tout autour, les Américains, les Russes, tous les Alliés, la même chose avec les Allemands », a déclaré M. Shelley, de Southend.

“ Quand nous avons entendu parler de la victoire en Europe, tout le monde s’est réuni et nous avons tous bu un bon vieux verre et nous nous sommes bien amusés et nous ne pouvions pas mieux l’accueillir.

«Je ne me souviens d’aucune des conversations que j’ai eues avec les gens. I don’t think I was alive. I think I was half dead. We all were.’

Mr Shelley described how the order of ‘splice the mainbrace’ – for a double tot of rum – was made for the only time during his service.

He had followed his brother and uncle into Royal Navy, then spent seven months on HMS Meon in the Arctic convoys.

‘Every day I wake up I think I’m a lucky man to be here, especially when you think of the thousands who didn’t make it,’ Mr Shelley, who has been supported by SSAFA, the Armed Forces charity, said.

He was finally able to go home from his ship, the Armada, when VJ Day came on August 15.

Mr Shelley worked as a driver for the Ministry of Defence and then joined the Merchant Navy, before leaving to run security at a port.

Charles Boyer, 94, witnessed the German surrender at Luneburg Heath in May 1945 and received the Legion d’honneur for his war efforts, France’s highest award.

Mr Boyer, who grew up in Spalding, Lincolnshire, lied about his age to sign up as a 16-year-old for the Royal Norfolk Regiment in 1942.

During his military service he landed at Sword beach on D-Day, saw the ‘dreadful’ Belsen concentration camp and assisted with security at the Nuremberg trials.

Recalling the moment peace was declared, he said: ‘Everybody threw their hats in the air and we had a drink.

He received a letter from his father simply saying ‘well done, you did your bit, and let’s hope we see you soon’.

‘It was a great relief, huge sigh of relief all round, including the Germans,’ he added.

Wendy Doig and Roy Barker from St James Church in Woolton Village dress Jimmy the War Horse ahead of VE Day celebrations tomorrow, as the UK continues in lockdown to help curb the spread of the coronavirus

Pageantmaster of VE Day 75 Bruno Peek, decorates his house in Gorleston-on-Sea, Norfolk, with flags and bunting to mark the 75th anniversary of the end of the Second World War in Europe

Children and staff at Breadsall Primary School in Derby during a VE Day lunch party to mark the 75th anniversary of the end of the Second World War in Europe

Preparations are underway across the country for VE Day tomorrow as bunting adorns many properties across Great Britain

Dame Vera Lynn has said the nation must ‘remember the brave boys and what they sacrificed for us’ ahead of the 75th anniversary of VE Day.

The Forces Sweetheart, who paid morale-boosting visits to the front line during the Second World War, said she hopes this year’s celebrations ‘remind us all that hope remains even in the most difficult times’.

In a statement, she said VE Day is ‘one of the most important days in our nation’s history’.

She added: ‘It marks the day when freedom returned across Europe, and when peace was restored after the most difficult of times.

‘As we commemorate 75 years since Victory in Europe, we must all remember the brave boys and what they sacrificed for us.

‘They left their families and homes to fight for our freedom and many lost their lives trying to protect us and our liberties.’

Now living in Maidstone, Kent, in assisted living accommodation provided by the Royal British Legion Industries charity, he urged people to remember the war generation ‘with pride’.

He added: ‘I think we did an excellent job all round and we were really grateful it came to an end, and let’s hope we will have peace again forever.’

Albert Selby, 95, from Birmingham, was just 18 when he was called up in 1942, and served with the 1st Battalion Suffolk Regiment of the Army.

He landed on the Normandy beaches at 7am on June 6 1944, and then continued to fight inland to Holland, where he was injured in a blast five months later.

Mr Selby was sent back to the UK to recover from injuries to his body, face and ear, and was discharged from service in 1945.

On VE Day, he saw jubilant celebrations and people climbing lamp posts on the streets of Balsall Heath.

‘All the training as a young man in my teens and twenties with the 1st Battalion Suffolk Regiment holds great memories for me,’ he said.

‘Every day I think about my old pals and those events on D-Day as we fought through France and beyond.’

Mr Selby, a great-grandfather of eight, has recently been provided with new windows and doors from the Royal British Legion, which he said ‘meant so much’.

Children and staff at Breadsall Primary School in Derby during a VE Day lunch party to mark the 75th anniversary of the end of the Second World War in Europe

Pageantmaster of VE Day 75 Bruno Peek, decorates his house in Gorleston-on-Sea, Norfolk, with flags and bunting to mark the 75th anniversary of the end of the Second World War in Europe

Get ready to party like it’s 1945: Street festivals may be cancelled, but from victory cocktails to a great British sing-along, here’s how you can celebrate VE Day in style, 75 years on

Tomorrow, we mark the 75th anniversary of VE Day. After six years of wartime restrictions, May 8, 1945, saw the nation pour onto the streets to celebrate.

In different circumstances, some of those celebrations would have unfolded again, with the May Day Bank Holiday moved for that very reason.

But while lockdown may have put paid to the raft of planned commemorative events, the British spirit is not easily extinguished.

All over the country, towns, individual streets and all manner of organisations are planning ways in which tomorrow can be a stay-at-home celebration to remember.

Children at Breadsall Primary School in Derby during a VE Day lunch party to mark the 75th anniversary of the end of the Second World War in Europe

Commemorations will begin at 11am with a two-minute silence to honour the generations affected by World War II, and reflect on the devastating impact of Covid-19.

Celebrations in 1945 erupted into dancing in the street — and back then they really knew how to boogie. The Lindy Hop is a swing dance that originated in new York in the late 1920s and gained popularity in the Uk in the 1940s thanks to the gis stationed here.

Put on some Glenn Miller, or try the Andrews’ sisters Boogie Woogie Bugle Boy. There are loads of VE Day playlists on spotify. if you want to give it a go, English Heritage is hosting a Lindy Hop dance tutorial on its Facebook page at midday before inviting everyone to Dance for VE Day at 5pm, along with a swing-time dance troupe and band.

In 1945, the Government made red, white and blue bunting available with ration coupons for a month. Making paper bunting with the children is easily done.

There are lots of print-out templates online ready for you to colour in, including via BBC Local Radio, as well as VE Day posters and flags. Search for Great British Bunting on the BBC website.

For those with scrap fabric to hand, Bletchley Park has an online guide to bunting to sew, plus a no-sewing-required alternative (bletchleypark.org.uk).

With social distancing, full-on street parties are impossible. But a 1940s-style tea party at home is easily done, and if you have a big enough front garden, or a balcony, you could hold it there so you can wave at your neighbours to keep up the community feel.

However, the Government has made clear celebrations should take place ‘in our homes and on our doorsteps, rather than in parades and street parties’, so choose your location carefully.

Why not put down a picnic blanket and serve up 1940s teatime favourites like cucumber sandwiches or celebration trifle. Remember, baking provisions such as eggs were a precious commodity during the war years, so cooks had to be creative. Wash down with ginger beer, homemade lemonade, or even a gin cocktail.

Take a trip down memory lane and learn what Granny and Grandad might have hummed along to in their youth.

Music historian Tom Carradine has great online tutorials to get kids singing along (carradinescockney singalong.co.uk/ve-day) that include Run Rabbit Run and nonsense song Mairzy Doats And Dozy Doats.

It will get you in good voice for when the Royal Albert Hall streams a performance by ­Katherine Jenkins that includes The White Cliffs Of Dover on YouTube at 6pm.

There will also be a virtual duet of We’ll Meet Again with Dame Vera Lynn, who will then lead us all in her bestknown hit for a second time, after the Queen’s Speech at 9pm.

Time for games Monopoly had been around for ten years by the time VE Day came around. Snakes and ladders was another favourite.

Children might enjoy taking chalk out to the front path and playing hopscotch, or setting up some empty plastic bottles for a game of skittles.

You could have a competition to see who can make the best paper aeroplane, or go on to online education resource Twinkl (twinkl. co.uk) and check out its VE Day resources, which include a template for making a paper Spitfire.

Why not spend some time finding out your family’s war story? Perhaps you have relatives who lived through the war you could ask. Family history website Ancestry (ancestry.co.uk) has opened its records for free until Sunday.

ROBERT HARDMAN: How the Mail’s Spitfire will dip its wings to inspirational veterans and carers alike to mark VE Day tomorrow

We will not be able to dance a conga or enjoy a street party — let alone flock to Buckingham Palace, as millions did back on May 8, 1945.

Tomorrow, 75 years on, it is going to be an unavoidably subdued anniversary of the day that the UK finally celebrated Victory in Europe.

Nonetheless, we at the Mail are doing our best to make it a VE Day to remember with our aerial tribute to many of those who helped Britain secure that precious peace.

So here is the plan of action for our ‘Salute the Heroes’ Spitfire flypast. The country may still be in lockdown but the Transport Secretary, Grant Shapps, has granted the Mail a special one-off exemption to the official advice against all general aviation.

After all, you can hardly call a Spitfire ‘non-essential’ on VE Day. One flight, sadly, can only fly so far.

So, having asked our readers to nominate a care home and hospital for special treatment, we announced the lucky beneficiaries in Saturday’s Mail.

As a result, East Grinstead’s Queen Victoria Hospital and Worthing’s Care Home for Veterans have been chosen, along with Britain’s greatest fundraiser, 100-year-old Colonel Tom Moore.

I can only apologise to those of you who nominated so many deserving recipients, such as Flight Sergeant Graham Earle (who turns 89 this weekend) at his Swindon care home, or the residents of Bluebell House in Hessle, East Yorkshire, (currently preparing for their Spam fritters party), or all those members of the wartime generation living at Lynemore Care Home, Grantown-on-Spey.

Among the hospitals we wish we could visit are the Victoria Hospital in Kirkcaldy, Fife, and the Robert Jones and Agnes Hunt Orthopaedic Hospital in Oswestry, Shropshire.

Given the events of recent weeks, there have been many heart-rending letters and emails about others in urgent need of cheering up.

However, now that our pilot, Matt Jones, has drawn up his flight plan, he has also worked out a way of including some other nominations along the way.

Among them will be Squadron Leader Stanley Booker MBE of Bracknell, Berkshire, a man for whom VE Day was anything but a party.

The navigator in a Halifax bomber, he was shot down over occupied France in 1944 three days before D-Day.

Two of the crew were killed but Mr Booker bailed out and was picked up by the French resistance near Dreux.

He got as far as Paris before being betrayed and handed over to the Gestapo. Five days before the liberation of Paris, he was despatched to Buchenwald concentration camp.

There, with a small group of fellow airmen, he was subjected to beatings and medical experiments by SS prison staff.

It was only the intervention of his old foe, the German Luftwaffe, which secured a transfer to a conventional PoW camp, Stalag Luft 3, in Poland.

Eventually, after a forced march to Germany, he was ‘liberated’ by the Soviets but had to remain in custody a full three weeks after VE Day before being released.

Who better, then, to receive a Spitfire visit on VE Day — not that the gallant Squadron Leader feels that he deserves it.

‘I feel humbled. What’s so special about me?’ he said last night. ‘There are so many other brave veterans who deserve to be acknowledged.’

Since our flight, kindly donated by the Boultbee Flight Academy, will be passing over Colonel Tom in Bedfordshire, it seems only right that it should also honour nearby Bletchley Park, the celebrated ‘Station X’, which did so much to win the war.

‘What better VE Day tribute to all our great codebreakers than a Spitfire?’ a spokeswoman said last night.

Another waypoint will be the Blind Veterans UK home near Brighton. Earlier this week, staff and residents were delighted to welcome a delivery of vital personal protective equipment (PPE) from the new Mail Force charity.

Now, their VE Day party will go with an extra bang. And since our Spitfire happens to be flying over East Sussex, we could hardly miss out one very important local resident — Dame Vera Lynn.

All our recipients are on standby and know to observe strict social distancing (as must we all).

This generation certainly will have no trouble recognising the unique roar of that RollsRoyce Merlin engine as it comes within range…

Source: https://news-24.fr/katherine-jenkins-interprete-des-chansons-de-vera-lynn-dans-un-royal-albert-hall-vide-pour-lanniversaire-du-jour-de-la-victoire/

World news – CA – Katherine Jenkins interprète des chansons de Vera Lynn dans un Royal Albert Hall vide pour l’anniversaire du jour de la victoire – News 24

Laisser un commentaire