Kidnapping du frère de Fru Ndi: Mark Bareta donne un ultimatum aux ravisseurs, voici les détails!

0

Mark Bareta, un activiste camerounais basé en Belgique, a donné un ultimatum à 24 heures pour la libération de Kingsley Azeh Ndi, frère cadet de Ni John Fru Ndi, président national du parti d’opposition, le Front social-démocrate (SDF). Azeh Ndi aurait été enlevé le samedi 20 avril 2019 par «de faux combattants d’Ambazonia», a déclaré Fru Ndi. Il a été enlevé avec deux autres personnes qui travaillent pour le président Fru Ndi. 

Le chairman du SDF a révélé hier mardi que les ravisseurs de son frère réclamaient une rançon de six millions de FCFA. Fru Ndi a appelé les leaders de la lutte pour l’indépendance de l’Ambazonie à tout mettre en œuvre pour libérer les captifs, de peur que leur combat ne déraille. 

«Si je ne revois pas mon frère, les ravisseurs ne verront pas la lumière du jour. Ce n’est pas la cause anglophone … Les garçons m’exigent de payer six millions de FCFA ou de fournir cinq armes à feu en guise de rançon. Des personnes occupant des postes élevés dans le gouvernement ont créé et parrainent des combattants ambazoniens parallèles qui sont là pour attaquer, tuer et détruire des civils innocents … J’appelle les vrais sécessionnistes à identifier les voleurs armés recrutés par certains membres du gouvernement pour tuer la population “. 

Cet après-midi, Bareta publie un message sur Facebook, apparemment en réponse à Fru Ndi, qui a ordonné la libération de Kingsley Azeh Ndi et de trois autres.

Bareta convient avec Fru Ndi que les rangs des combattants séparatistes ont été infiltrés par des personnes ayant un ordre du jour différent de celui de la cause anglophone.

«Il est maintenant clair que les rangs des combattants de l’Ambazonie ont été infiltrés par des éléments dont le travail est d’enlever et de faire dérailler l’axe de notre révolution ».

«Ils doivent être conscients qu’une unité commune de combattants d’Ambazonie a été mise en place pour sauver ces personnes et que tous [les ravisseurs], s’ils sont retrouvés, seront éliminés. Il en va de même pour ceux du Mile 16 qui gardent M. Ephanga Martin de l’OCI », a déclaré Mark Bareta.

Il ajoute: «Nous devons maintenant faire face à ce ver tous les jours, car le régime a maintenant pour politique d’utiliser des éléments comme tels pour déstabiliser nos progrès et retourner la Communauté contre nous. Je souhaite que ces personnes soient libérées dans les 24 heures. “

Les enlèvements ont commencé le 11 février 2018 avec l’enlèvement de Marcel Namata Diteng, officier divisionnaire à Batibo, dont on ignore toujours où il se trouve.

Des personnes de tous les milieux, y compris des prêtres, des étudiants, des enseignants, des fonctionnaires, des chefs traditionnels et des personnalités politiques ont été kidnappées.

Source: camerounweb.com/cameroon-info.net

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here