On le craignait très fort, c’est désormais officiel. Vince Carter a disputé son dernier match de basketball professionnel le 11 mars dernier à Atlanta. Une annonce à retardement qui nous fait forcément regretter les circonstances de cette retraite prématurée… à 43 ans et des poussières.

Il est l’une des victimes collatérales de ce vilain virus qui circule dans notre bas monde depuis plusieurs mois. En plantant un dernier triple depuis la buvette de la State Farm Arena dans la défaite des Hawks en prolongation contre les Knicks juste avant la suspension de la Ligue, Vince Carter a également refermé 22 saisons de souvenirs en NBA réparties sur quatre décennies. Les chiffres ne sont pas plus digestes qu’un poster de Half-Man, Half-Amazing mais on va les énumérer quand même par respect pour le carrière de l’homme au bandeau : 1541 matchs de saison régulière (soit 46 367 minutes ou un peu plus de 32 jours sur les parquets) et 88 de plus en Playoffs, 25 728 points, 6 606 rebonds, 4 714 assists, des centaines de victimes immortalisées sur des posters et 2 290 flèches derrière l’arc, une reconversion nécessaire qui explique sa longévité. Les larmes sont innombrables et il faudra du temps et surtout un hommage digne de ce nom pour définitivement tirer un trait sur la carrière de VC. Mais c’est l’esprit tranquille et bourré de certitudes que le Canadien d’adoption a confirmé sa décision dans le podcast de The Ringer ce jeudi 25 juin 2020.

On aura le temps de revenir plus en longueur sur l’immense carrière du Floridien mais on va d’abord digérer tranquillement la nouvelle. En n’invitant pas les Hawks à terminer la saison à Orlando le mois prochain, la NBA a également précipité la retraite de l’une de ses icônes générationnelles des années 2000. Il fallait bien que le livre se referme un jour, on aurait juste aimé une autre fin pour Vince qui continuait de conseiller et d’accompagner le jeune squad d’Atlanta avec le même professionnalisme après avoir passé plus de la moitié de sa vie en NBA. Finalement, il n’y aura ni bague, ni dernier contrat symbolique aux Raptors là où tout avait commencé. Carter s’en va discrètement avec le sentiment d’avoir tout donné.

Ce n’est qu’un au revoir, lui qui a déjà annoncé vouloir rester actif dans le microcosme de la NBA et du basket en général. Que ce soit en tant que coach, dirigeant, propriétaire ou analyste, les opportunités ne devraient pas manquer. Alors repose-toi bien Vince, nous on retourne se mater le Slam Dunk Contest 2000 en jouant à un vieux NBA Live.

Enregistrer mon nom, mon e-mail et mon site web dans le navigateur pour mon prochain commentaire.

J’ai lu et j’accepte la politique de confidentialité *

Avec son ton décalé et sans langue de bois, TrashTalk traite de l’actu NBA & Basket au quotidien. Notre équipe de rédacteurs à la plume légère et au coup de gueule facile saura vous faire visiter les coulisses de la Grande Ligue à travers des articles sur l’actualité et des dossiers NBA brûlants.

Pour couronner le tout, nos mixmakers et nos graphistes illustrent en permanence l’actualité Basket par des mixs videos, des documentaires NBA, des affiches ou des top 10.

– Vous voulez contacter la rédaction du site ?
– Vous souhaitez devenir notre partenaire ?
– Vous désirez annoncer sur TrashTalk ?

Source: https://trashtalk.co/2020/06/25/officiel-vince-carter-raccroche-definitivement-son-bandeau-cette-fois-il-peut-le-dire-its-over/

World news – CA – Officiel : Vince Carter raccroche définitivement son bandeau, cette fois il peut le dire, “it’s over”

Laisser un commentaire